Archive pour la catégorie 'Julio le lionceau'

JULIO est contrarié

22555405_339815049823037_305232359812217293_o

JULIO qui se voyait déjà le Roi
Fut déçu par le final de ce tournoi.
Se contenter d’une couronne en fil de fer
Barbelé qui plus est, lui rappelle l’enfer.
Déjà perché sur son petit trône, il bravait
Tous ces manants quémandant ses Ave.
Ces maudites sorcières avaient tout fait foirer.
Ses espérances drapées de soieries moirées
Ont fait longue traîne à cette fichue RISETTE.
«Même après avoir renoncé à sa place en sellette
Elle ramène sa fraise au moindre coup de sonnette.
En volant la couronne j’ai provoqué ma défaite …
C’est encore elle la reine dans toutes les têtes.»
Contrarié, JULIO perçoit les rires en coin …
«Ah ! Il trône assis sur du crottin ! …»
Heureusement que ces vacances de la Toussaint
L’aideront à calmer ces cloches et leurs tocsins.
Dubitatif, juché sur ce providentiel récif
Il médite sur cet évènement imprévu, décisif.
Comment va-t-il arriver,… de quelle manière
Détourner le succès de cette star animalière ?
JULIO étendu à terre, piétiné sous ses talons,
L’âme tourmentée par de mélancoliques violons
Seul, en ce monde où l’avenir l’appelle
Ose encore rêver aux choses providentielles
Qui le pousseront au-delà de ses déconvenues
Porteuses de foi d’une magicienne issue.
Décidé, ne pouvant rester planté là tel un santon
Il repart confiant vers de nouveaux horizons,
Descend, enjoué, de ce promontoire d’occasion
Pour découvrir son futur royaume en Eurovision …

 

22 Octobre 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Claude Selig sur Facebook

 

 

 

Quel pâti !

68416768_1147548338966474_1581723729405149184_o

Amusé, tout l’auditoire sur le bush se délecta
Du récit de JULIO. Pris au jeu, il en rajouta
Emporté par l’exubérance de son cauchemar,
Il devint le héros d’un rêve qui vira au canular.
En effet ce songe plut aux oreilles de trois lions farceurs
Qui divulguèrent comme réel l’histoire de ce joli cœur.
Cette cauchemardesque farce se répandit comme la gale
Et ce fut une expo de toutes sortes d’amygdales.
La plupart d’entre eux furent réjouis de cette galéjade
Et chacun y rajouta un petit peu de sa pommade.
Le téléphone africain fut très vite surchargé d’appels
Et ce mauvais rêve devint la propriété de untel.
À l’idée d’embêter la reine POLTRONNE leur ennemie
En cette occasion ils devinrent soudainement tous amis.
Sans tarder la nouvelle arriva à la Cour affolée
D’imaginer la réaction de leur reine soupe au lait.
Et l’impact toucha droit au but, vêtu de ridicule
Ce  » JE SUIS LA REINE  » agitée de furieuses tentacules.
Quand elle apprit le vol de sa couronne, aussitôt
Sur ses gardes du corps elle s’acharna sur leur paletot.
On ne les revit plus jamais dans les couloirs du palais.
Les sorcières, intriguées, rappliquèrent sur leurs balais
Ignorant tout de cette couronne en fil de fer barbelé.
Zigzaguant dans le ciel elles cherchèrent une réponse
Malgré leur chaudron récuré à la pierre ponce.
Tous les gents et gentes furent mis en quarantaine
Avec l’interdiction de chanter avec d’hilares bedaines
Ce pamphlet sur l’air de « Ah si vous connaissiez ma poule »
Qui déferla jusqu’à facebook sa musicale houle :

«Ah ! Si vous connaissiez POLTRONNE
Coiffée de sa nouvelle couronne
De rires moqueurs
Et de bras d’honneurs
Vous insulteriez
Cette impitoyable terreur.
Mais vous ne verrez pas POLTRONNE
Le cul bien calé sur son trône
Car de sa couronne
Il n’est plus question 
Elle est à présent sur la tête d’un petit lion …»

La Cour au grand complet craignant une rebellion
S’inquiéta de savoir quel était ce jeune lion
Qui osait braver pour une dérisoire couronne
La légende de cette pseudo Castiglione …

 

68364651_867217320318530_4671196672963903488_o 67943795_2617860484893622_8021341103091351552_n

18 Octobre 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos : Bruno Bedoni  Christine Deslandes  Patrick Jolidon sur Facebook

 

 

 

Quand KABIBI …

Le rêve de Julio 2

Quand MOUSSE dort
KABIBI cher trésor
D’un pont d’or
Lui lègue son or.

Quand KABIBI dort
MOUSSE s’endort
Pour ce trésor
De luttes et de morts.

Quand MOUSSE rêve
KABIBI fait grève.
Aucun grief ne soulève
À cette féline relève.

Quand KABIBI rêve
Ni MOUSSE ni ÈVE
Vers elle s’élèvent.
Un conte s’achève.

Quand KABIBI dort
MOUSSE s’endort
Laissant cette image
Aux enfants de tous âges.

 

16 Octobre 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Bri Lions sur Facebook

Le cauchemar de JULIO

73303715_1644917045639265_9146333912841060352_o

Est-ce le hasard ou le stratagème des sorcières
Qui déclenchèrent pluies, vents et tonnerre ?
Toujours est-il que les affiches de POLTRONNE
Mises en bouillies, lessivées par des dragonnes
Crachant du feu, zébrant le ciel noir encombré
De gros nuages menaçants prêts à sombrer
Engloutirent de leurs eaux toutes les traces
De cette tyrannique reine démoniaque, coriace.
Intriguées par le vol de la couronne de fer
En fusion quelque part dans l’antre de lucifer,
Les sorcières qui s’ennuyaient à mourir
Eurent un regain de joie et de déplaisir.
Afin de calmer cette furie prête à tout
Elles quittèrent leurs balais enrobés de boue
Pour retrouver cette maudite couronne en ferraille,
Pièce unique créée pour la collection « Canaille ».
Leur chaudron chauffé par l’orage, à ras bord,
Fut à nouveau sollicité par babord et tribord.
Il sortit de son magma une couronne de remplacement.
Ces pythonisses frémirent quand elles virent l’ornement !
Une couronne en fil de fer barbelé étincelante
Éclaboussant des petits jets de lave brûlante !
Symbolisant toute la fureur diabolique de la reine
Des postillons d’acides flammèches avides, en haleine,
Impatients réclamaient la rencontre avec la tête
Qu’ils devaient orner pour décoiffer RISETTE.
La rumeur comme une boule de feu se propagea
Sous la forme d’un bigleux et énorme naja
Plat et dilaté secouant les piquets venimeux
D’une couronne que lui avait volé ce chaudron faramineux.
Voulant étouffer l’affaire, sans être étouffées, les pythies
Transformèrent cet élapidae en acacia tout aplati.
Il ne fallait pas vexer la formule égarée en ces méandres
« Tel est pris qui croyait prendre ».
On tira au sort sans plus attendre le messager
Qui devait apporter à POLTRONNE l’enragée
Sa nouvelle coiffe royale volcanique comme elle.
Personne ne déploya du zèle …
Ce fut JULIO qu’une courte paille désigna.
Pris en sandwich par un huileux pain bagnat
C’est alors qu’une gueule béante, puante, l’ensevelit …
JULIO se réveilla sous la pluie. Soulagé il quitta son lit.
Trempé comme une soupe, fort impressionné,
Iil alla vite raconter ce cauchemar à sa maisonnée …

 

l'acacia trempé !

15 Octobre 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
photos : M-Cecile Mechelys  Gilles Adt Photographe Julianna Salmon

 

 

Halloween

halloween

JULIO, MOUSSE, FIASKO et PISTROUILLE
Sous la surveillance d’une grand-maman
S’en vont fêter Halloween et les citrouilles
Sur « Félins d’Afrique » en écran géant.
Curieux et intrigués à la fois, et pour cause …
C’est une première et étrange chose
Venue d’un monde ensorcelé et d’ailleurs …
Comme si, en ce lieu, on manquait de frayeurs !
Mais faut croire que ces citrouilles éclairées
Ont eu un impact publicitaire espéré.
Ces quatre inséparables lascars, amis des loisirs,
Ne sont jamais à la traine pour se divertir !
Vers de nouvelles distractions prometteuses,
Autres que leurs proies habituelles juteuses,
Ils s’apprêtent à découvrir cette nouveauté
Qui a fait grand tapage à coups de publicité.
JULIO, prudent, se tient à l’écart au cas où,
Ce lion crevant l’écran comme un fou,
Ne se contenterait plus des citrouilles
Et préfèrerait les illuminations de PISTROUILLE.
D’ailleurs d’un corps à corps ce dernier s’assure
Une protection rapprochée en cette aventure.
Ce qui n’est pas pour déplaire à celle-ci
Intriguée par cette odeur désagréable de roussi.
Elle halète à l’idée d’une possible embuscade …
MOUSSE et FIASKO, quant à eux, badent
En tandem ces citrouilles provocantes enflammées
Prêts, s’il le faut, à les dégommer.
Aura-t-on un compte rendu de cette fête ?
Si citrouille savait …
Mais à quoi bon d’avance saliver …

 

75242046_534616337377810_7084897031218528256_o

31 Octobre 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos : Bri Lions Félins d’Afrique  Gilles Thomas sur Facebook

 

Je suis la REINE !

Je suis la reine !

L’échec de la traque menée par CABBAGE et sa légion
Le dévêtit rapidement de son étoffe de champion.
Des anciens combattants de la brigade des QUENOTTES,
Fidèles dévoués à leur reine RISETTE, pas atteints de tremblote,
Sans tarder s’emparèrent avec fureur de son étendard,
Le mirent en lambeaux, le piétinèrent, fiers, vantards.
Quand POLTRONNE apprit la cuisante défaite de CABBAGE,
Hurlant, trépigant des pieds, elle injuria le New Age,
Ordonna que l’on s’empare de CABBAGE en fuite.
Après tout ce n’était qu’un pacte signé pour une poursuite
Et ce fuyard jugea grotesque cette menace de guillotine
Pour des querelles de couronne, de jalousies féminines.
Convoquée au grand complet la Cour, morte de trouille,
Fut chargée sur tout l’espace fréquenté de son territoire
D’assembler tous ces manants comme à la foire
Afin qu’ils collent les affiches de leur reine son portrait
Et barrent, sous représailles, leur RISETTE d’un trait.
Ces quelques mots « C’EST MOI LA REINE ! »  firent impression.
Peurs et cauchemars se répandirent sous l’oppression.
Ce visage provocateur, moqueur, prêt à tout dévorer,
Leur fit amèrement regretter leur RISETTE adorée.
Pendant ce temps, JULIO et MOUSSE dénichèrent,
Profitant de la surveillance laissée aux enchères,
Cette couronne rouillée en fil de fer, peu chère,
Offerte par des sorcières dont on disait aux veillées
Qu’elles venaient la nuit dormir sous vos oreillers.
«Encore des histoires à dormir debout sœurette !
Y a pas que les oreillers ! Y a aussi les couettes ! …»
«Bientôt JULIO je pourrai t’en tresser de belles !
Hihihi … je t’imagine avec des petits rubans de ficelle !
Tu seras bon pour rejoindre Obélix et les gaulois ! …»
«Ouais ! C’est ça ! MOUSSE profite, moque toi de moi …
Il existe aussi des lionnes avec des crinières …
Hein ?! Tu fanfaronnes moins ! Petite sorcière !
Bon ce n’est pas tout, fuyons avant que ne rappliquent
La POLTRONNE et toute sa belliqueuse clique.»
«Que faisons-nous de sa couronne ? Qu’elle est moche !
Je n’en voudrais pas même sans un sou en poche !»
«On va la jeter aux rhinos histoire de les émoustiller
En même temps elle finira en compagnie de rouiller.»
«POLTRONNE ne va pas digérer qu’un intrus ait osé
Voler sa couronne …» «Vite ! partons avant la rosée.
Mam va revenir de sa chasse et va s’inquiéter …»
«Boh … nous inventerons un truc pour qu’elle ait pitié …»
«Je n’ai pas envie de me retrouver au mont de piété …»

 

L'étendard au diable sa couronne !

14 Octobre 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos : Jean Luc Reunival  Fabrizio Bignotti  Fabien Saire sur Facebook

 

 

Drôles de zigues

56168099_2256069404458512_3812359017997533184_o

«JULIO en dépit de ses propos envers RISETTE
A du mal à résister, curieux comme une chouette.
Il profite avec MOUSSE en ce beau samedi matin
Que Mam roupille sans se soucier de ses bambins,
Pour aller voir de plus près de quoi a l’air ce PONGO
Introduit par une puce à son oreille par le Roi CHONGO.
MOUSSE peine à suivre ce furet pressé, intrépide.
Si copieux fut son déjeuner. Elle traîne son gros bide,
Se dandine, cahin-caha, avance comme une oie gavée,
Angoissée de se retrouver seule en ces travées.
Soudain JULIO, ralentit, rampe, observe derrière ce paravent
D’herbes hautes agitées par les murmures des tourments
D’une brise cajoleuse qui calme ces deux incorrigibles garnements.
«MOUSSE ! Vite ! Viens voir !» «Ouah ! Tous ces paparazzis !»
«Tout, tout, tout vous saurez tout sur le zizi … »
«C’est le moment de la chanter en cette frénésie …
Tous coffrés ! En boîte ! Y a même une espèce de jalousie …
Les nouvelles vont vite ! C’est à qui le premier flashera
RISETTE et son PONGO … ce dernier petit scélérat …
Ah C’est dingue, je me marre ! Bien fait pour eux !
La RISETTE a mis les voiles ! Leur a fait ses adieux !»
«JULIO, baby PONGO est obligé de suivre sa mère ?
Tu crois qu’ils vont revenir ces sangsues en montgolfière ?»
«Pour sûr ! Ils en sont capables, rien n’arrête ces boitiers
Pour satisfaire la Une et combler leurs fichiers …»
«Mon pauvre, je vois que la partie n’est pas gagnée …
Même absente elle les attire, cette garce, par poignées.
Grrrr … une envie folle me prend de la saigner.»
«Je suis sûr que c’est encore une entourloupe de sa part
Pour s’attirer davantage de publicité dans les canards …
À les voir agglutinés dans leurs tam-tams à roulettes
MOUSSE tu m’enlèveras pas de l’idée que cette pépète
A plus d’un tour sous sa couronne … je paris des billes
Si ça se trouve que PONGO est une fille …»
«Quel scoop ! En attendant on sait pas où elle crèche …
Je la hais ! Je la hais ! cette grossière pimbêche …»
«Bof ! Après tout MOUSSE, grâce à elle on tient la lanterne …
C’est mieux d’être dans le vent qu’un drapeau en berne.
Faut savoir bien tirer partie avec philosphie et bon escient
De ce que l’adversité, au top, a de déficient …»
«Oh ! JULIO ! Comme je t’admire mon frérot …»
«Tiens je leur tire ma langue…» «Tiens, pour vous ce rot !
Langue au chat … Cha-cha-cha- … » MOUSSE esquisse
Quelques pas de danse de ses belles cuisses …

 

38801613_1875355562510508_1735924175001878528_o tam-tam Langue

12 Octobre 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos : Fabien Saire Sophie Topsy Jean Luc Reunival
Farid Radjouh  Bri Lions  sur Facebook

 

 

 

CABBAGE et le New Age

CABBAGE

POLTRONNE plus furieuse que jamais s’allie
Avec des légionnaires redoutés sur les prairies …
Des lycaons redoutables mercenaires dirigés
Par CABBAGE, labélisé pour ses oreilles érigées.
L’ennemi public n°1 de RISETTE du temps de son règne
Dont la devise est : « Qu’importe pourvu que ça saigne ! « 
Leur mission est d’en finir une fois pour toute
Avec cette punaise tant aimée des chouchoutes,
Des Quenottes aux noces à grand scandale pour encriers,
Enfin toute la Jet set d’une souveraine à bourbiers.
Au bruit de leurs clarinettes ils foncèrent à l’attaque.
Quelques résistants reçurent de mortelles claques.
Une poussière épaisse aveugla tous ces combattants enragés.
Les gnous, en colère, n’apprécièrent pas les dragées
Lancées par une commanditaire jalouse et lâche
Déterminée à exterminer cette estimée matriarche.
Un tel champ de bataille attira l’attention de JULIO
Abasourdi par ce spectacle digne d’un fabliau.
«MOUSSE rapplique ! Qu’est-ce que tu fabriques ?
Viens voir les lycaons nous offrent du comique …
Un vrai western ! Ah ! des légionnaires cernés par des bovins !
Pas question ici de payer des pots de vin …
MDR … j’en connais qui vont se faire tirer les oreilles …
Ah ! la POLTRONNE prend ça ! On te rend la pareille !
Non mais planquée dans sa ruche, elle se prend pour qui ?»
«JULIO, c’est quoi ces légionnaires en tenue de cookies ?»
«On dirait que CABBAGE est en train de planter
Tous les espoirs de cette POLTRONNE … elle va déchanter.
Leur alliance ne va pas durer des lustres …tout de même …
Pour des légionnaires … c’est nase … dépassés par le système.
Tiens, vite, profitons de ce pêle-mêle opportuniste …
Je vais aller voler la couronne de cette royaliste …»
«Bonne idée JULIO, mettons notre grain de sel à l’affaire !»
«Il ne faut pas rater, sœurette, l’occasion de nous distraire.
Si nous voulons rester coté à la bourse des publications
Il faut répondre aux dessous de table des propositions.»
«JULIO ! Mais où est-il donc passé ? attends-moi ! …
Ma parole, il est aussi leste et rapide qu’un chamois …»
Et MOUSSE s’empresse de suivre son frérot chéri …
«Bananana .. banana split .. abominable nana rosserie.
MOUSSE se réjouit à l’idée de la tête que fera POLTRONNE
Quand elle découvrira le vol de sa couronne …

 

en route

12 Octobre 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos : Nathalie Vidal Terrier  Virginie Liardat sur Facebook

 

 

 

CHONGO

Bien fait !

«CHATNINE … je m’en branle les coucougnettes !
J’en ai rien à foutre de vos histoires de RISETTE !
Par contre regarde plutôt du côté de JULIO …
Il jubile, vocalise, klaxonne plus fort qu’une clio !
Je ne vais pas le priver du droit à la parole !
J’ai assez de soucis avec leurs meutes à mes guiboles.
On nous parque, on nous vend, ces voyous nous humilient.
Quel immonde fleuve d’un puant dégueulis.
JULIO si jeune a malgré tout son mot à dire.
Désolée mon amie, pour ma paix, je me retire.»

Vous pensez bien que cette déclaration de RISETTE
Comme un coup de tonnerre a déclenché les sonnettes
De curieux qui veulent savoir pourquoi subitement
RISETTE a dit adieu à ses fans militants …

«Et c’est bien fait pour elle et pour vous !
Non mais regardez là ! Quelle dégaine de vilain pou !
Elle me faisait trop d’ombre, me prenait la vedette
Chez les fans du Bush camp de Musiara en tête !
Quoi PONGO ? Lui, un successeur ? Un bateleur !
Si je me trompe, je vous offre des crèpes à la chandeleur !
Je serais pas étonné que ce jeune ambitieux rocmanien
Fasse du zèle auprès du groupe des meltingpotiens …
Allez donc savoir de quoi est capable ce monde rebondissant
Où la mayonnaise tourne, vire, cague toujours rejaillissant,
Toujours en mouvements pour satisfaire les réjouissances
D’impuissants révolutionnaires en quête de jouissances.
Bof ! Après tout, tant mieux … vivre caché, peinard même,
Vivre isolé d’un monde qui soi-disant nous aime …
Les hommes passent les victoires à leurs trousses …
Ils laissent aux survivants ces polluantes mousses,
Du plastique, du plomb, des vertes et des pas mûres …
Comment faire pour exterminer des ronces ? Quel parjure !
Allez JULIO même Dieu n’a pas réussi à changer le monde …
Ouais … pfff… déjà à l’origine… hic … la terre était ronde …»
«Ah ? Ne disait-on pas que la terre était plate ?»
«MOUSSE arrête avant que mes rancœurs éclatent ! »
«JULIO est un jaloux ! JULIO est un jaloux …!»
«MOI jaloux ? … juste un peu filou …»

 

Chongo 2

10 Octobre 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
photos : Bri Lions  Fabien Saire

 

Centre  » L’Elite « 

71017787_389068948685774_4525177959677427712_o

Après ce week-end à flâner, bayer aux corneilles,
Se remémorer les leçons apprises la veille …
Lundi est enfin arrivé pour JULIO et MOUSSE
¨Pressés de retrouver, de découvrir d’autres frimousses.
En bord de piste, alignés côte à côte, huit lionceaux
Attendent, impatients, comme bébé en son berceau,
Le passage du ramassage des jeunes admis à « L’Élite »
Ce centre de formation accélérée sans eau bénite.
JULIO, surpris, s’inquiète pour sa couronne menacée
Par ces gueules de loubards loin d’être décontenancés.
Il réalise, à peine sorti du cocon familial, la solitude
Qu’il va devoir affronter au cours de ces études.
Pour entamer cette réflexion, FIASKO et PISTROUILLE
Sont absents … Déjà son engouement tombe en quenouille !
Et voilà pour achever son plaisir tant attendu depuis
Que MOUSSE est séparée de lui ! Il est au fond du puits !
Une envie de fugue soudaine lui swingue aux pattes.
Tout seul, au milieu de ces regards à vous bloquer la rate.
Passé et avenir virent au noir monochromément.
JULIO a le cœur bien gros en pensant à ce doux moment
Partagé avec sa sœur. En ce lieu, subitement, le mot partage
Lui file une peur bleue sans appuis ni bavardages.
«Cette rentrée des chasses n’était que flatterie !»
Perdu dans ses pensées, il n’entend pas la sonnerie
Tandis que ses rivaux d’une joyeuse cavalerie
Suivent le coach pour un contact de présentation.
C’est alors que SCARFACE dans une apparition
S’adresse à lui : « Déjà découragé champion ? Fonce !»
Vexé, JULIO, pris au dépourvu, cherche une réponse …
« J’allais justement rejoindre le groupe des mâles.
 Juste un léger ennui avec l’ouverture de ma malle !
Elle ne voulait pas s’ouvrir ! Comment y mettre mes exploits,
Pour se souvenir comment JULIO est devenu un Roi ?!» … 
Pendant ce temps, MOUSSE, comme un aïoli qui vient de caguer
Dans un mortier, sous le pilon, se voit subjuguée …

 

70346378_388955328697136_4283774383593357312_o

16 Septembre 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos : Bri Lions  sur Facebook

123456

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus