Archive pour la catégorie 'Julio le lionceau'

JULIO victime de Dada ?

38272586_877285715802852_1317847020412600320_o

«Chers amis, je suis très inquiète !
Depuis des plombes, cachée, je guette
JULIO qui n’est pas de retour.
Avez-vous des nouvelles de mon frérot d’amour ?
Aurait-il rencontré ce Dada impitoyable ?
Je me sens si seule, sans une aide secourable  …
Tout ce que je peux faire c’est vous révéler
Le portrait dont JULIO vous a parlé …
Je crains qu’il lui soit arriver malheur …
Rien que d’y penser tambourine mon cœur.
J’ai hâte qu’il me revienne vite ! …
À chaque bruissement l’espoir me quitte …
D’autant plus que les derniers échos du vent
Rapportent que Dada a changé de déguisement.
Il serait gros, ventru comme un hippopotame,
Remuant l’extrémité de sa queue en flammes !
Trappu, court sur pattes aux gigots bien rôtis,
Il porte en étole un mouflon édenté, décati.
Sa gueule tapissée de poils de crinière
Ressemble à une grotte obstruée par un bloc de pierre
Ce qui met en fureur la langue trompeuse
D’un éléphant furax assoiffé d’eau miraculeuse !
Ali Baba juché sur ses cornes d’abondances convoite
Tout ce que le mauvais sort lui met en boîte …
Pour faire passer le temps en attandant mon frère
Je vais colorier le portrait de ce Dada spectaculaire.
FIASKO est parti à sa recherche, pauvre de nous,
La chance tournera-t-elle pour ce courageux loulou ?
Je veux bien vous dévoiler le dessin de JULIO
En espérant que nous le retrouverons avec brio.
Quand il reviendra, simulez la surprise !?
Je ne voudrais pas lui voir mine grise …
Mes amis dans quel pétrin je suis, j’ai la frousse.
Priez pour moi, votre amie éplorée MOUSSE.»

 

IMG_0988

2 Août 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Eric Dussaux sur Facebook

Lee Ho

56608807_2255729191186246_3917390351572140032_o

« Hello ! C’est vous ? Pourrait-on me dire
Comment j’ai échappé à ces vampires ?!
Je me souviens vaguement d’être tombé à terre …
Épuisé, mes griffes sous mon poids lâchèrent
Ce tronc qui n’avait rien d’une corde lisse
Et qui pourtant avec ses écorces complices
Devint la corde aussi lisse que raide
À mon lâcher prise sans aucune aide.
Où suis-je ? Quelle était cette voix ?
Suis-je mort ? Est-ce un rêve ? Dites-moi !
Est-ce mère qui est là ? Morte elle aussi ?
“ Chut … mon petit PISTROUILLE aucun souci …”
Est-ce mon ange gardien ressuscité des morts ?
Ma parole je sens et vois qu’il respire bien fort !
L’arbre est là devant moi en cet eden brumeux … »
“ Désolé PISTROUILLE pour ce lien peu fameux.
Mais je peux te conter, rafraichir ta mémoire,
Te dire comment tu as survécu à tes déboires …
Dans ta panique, affolé, tu n’as pas vu perchée
La déesse lionne Lee Ho jouant à chat perché.
Étonnée de voir un si jeune joueur inconnu,
Elle réalisa vite aux ricanements de bienvenue
Que ces Risettes aux dents aiguisées pour l’attaque
Méritaient de recevoir quelques féroces claques.
Au moment où comme un fruit mûr tu tombais
D’un plouf elle sauta sur ces poules mouillées, mon bébé.
Et de tendres caresses dignes d’une diane chasseresse
Elle te réanima, mon loulou, de ta grande détresse.
Ici pas de smartphone, les lobes de nos cerveaux résonnent …
Ta maman alertée sans aucun drone, en personne,
Vous cherchant depuis des plombes toi et Julio
Fut soulagée grâce à l’intervention de la déesse Lee Ho.
Et c’est ainsi réconforté par sa chaleureuse présence
Qu’une partie de cache-cache finit par une belle révérence.”
“ Sais-tu si mon copain JULIO a eu autant de chance ? ”
“ Je crois savoir qu’il bulle pour trop de bombance ! ”
Et notre PISTROUILLE, ragaillardi, quitta un instant
Ce bambin pour cheminer comme au bon vieux temps
Auprès de sa maman toujours prête à pardonner les bêtises
De ses lionceaux, trop heureuse de leurs bises …

 

50530650_2142810819144751_2725288016397467648_o 58049053_2279925165433315_7857400461941276672_o 57277933_2270172423075256_8396077231595585536_o

17 Juillet 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos : Hendri Venter sur Facebook

La corde lisse

61486093_2336010843158080_8700522921765896192_o

« Après plusieurs plouf, plouf, plouf,
D’une poule sur un mur imaginaire
Picorant de frétillants vers de terre,
Je partis, suspicieux, découvrir la cachette
De mon copain JULIO, l’as de l’entourloupette.
Pas facile de flairer parmi toutes ces odeurs
Le passage de JULIO, l’as du comploteur.
J’eus beau tester de discrets rugissements
Aucun écho éclaira mon égarement.
Seul, désemparé je maudis ma stupidité.
J’étais dans de sales draps, égaré, dépité.
Le temps s’écoulait sans le moindre indice
À part celui de cette rugueuse corde lisse
Qui me sauva la vie après une course folle
Pour échapper à des équarisseuses pots de colle.
Ces Risettes excitées au loin dans une ronde
Tournaient autour d’une proie moribonde.
Occupées par cette charogne remuant encore,
J’en profitais pour filer à la vitesse d’un météore.
Ce qui attira l’attention de quelques unes d’entre elles.
Croyez-moi les amis, la peur m’a donné des ailes !
Je n’eus que le choix de ce tronc providentiel sans réfléchir
Aux efforts déployés pour s’y maintenir.
J’ai eu la frousse de ma vie et celle de ma vessie !
Combien de temps ai-je attendu un messie ?
Le temps parait si long, si pesant …
Je voyais mon corps au pied de l’arbre gisant.
Fatigué, je lâchais prise, vaincu par ces vadrouilles
Sur ces paroles  » Enfin te voilà PISTROUILLE ! » » …

17 Juillet 2019 – Jeannine Castel

61973575_2351882011570963_2394667597229457408_o

Les poèmes de Chatnine
Photos : Hendri Venter sur Facebook

 

 

 

 

 

 

Chacun son Dada …

IMG_0998

« Hello les totos ! Chut ! faites comme si
Tout paraissait normal par ici.
Je m’aplatis comme je peux
Pour me cacher au mieux !
Des fois que Dada trouve ma cachette …
Alors fini les devinettes …
Selon la rumeur qui court …
Parait que Dada apparaitrait même le jour !
Il se transforme et se déguise,
Change sans cesse de chemise !
Je suis venu seul, incognito,
Pour vous montrer le portrait-robot
Comme je vous l’avais promis …
Mais chut ! … ne faites pas de bruit.
MOUSSE trop trouillarde s’est dégonflée …
Elle a préféré rester camouflée … 
Quant à FIASKO, comme son nom l’indique,
Il n’a pas voulu répéter notre marche historique.
Selon la nouvelle rumeur Dada serait
Aussi agile et fou-fou qu’un furet.
Un grimpeur de première, mi-rat, mi-souriis,
Coiffé d’une houpette ramenée du Missouri.
Branché sans cesse sur ses oreillettes,
Il aurait des yeux vifs perçants d’une chouette.
Un tiers putois, un tiers blaireau, un tiers belette,
Il serait nanti d’une unique et poilue coucougnette.
Avec l’agilité d’un singe africain
Il grimperait aux arbres avec des pattes de félins.
Une barbichette, son doudou porte-bonheur,
Et deux incisives qui vous envoient au champ d’honneur.
Des joues de hamster pour les jours de famine …
Je vais essayer après avoir taillé la mine
De mon crayon de vous le dessiner en exercice
Et exorciser ma peur … Zut ! Voilà que je dévisse !
Désolé de vous quitter déjà les amis !
Je suis chatouilleux et le tronc grouille de fourmis !
Avant que ce Dada me voit et me kidnappe
Je vais vite rejoindre notre planque avant que ça dérape ! …
Votre dévoué et ami JULIO le lionceau. »

 

IMG_0987

31 Juillet 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Tony Crocetta sur Facebook

 

La chasse au Dada

67477952_354690062123663_2839358825906044928_o

«Alors les zouzous ! … Vous êtes au régime ?
MOUSSE va mal ! Elle est en pleine déprime !
Aucune réponse de votre part sur sa tablette
Est venue donner réponse à  ses fichues planètes !
Du coup pour lui remonter le moral
J’ai sorti de notre album-photos, c’est génial,
Cette photo de la colo de l’an dernier avec elle,
PISTROUILLE, FIASKO … une sacrée ribambelle !
C’était notre première chasse au Dada …
Une espèce de chasse au dahu pour attrape-fada !
Mais le notre d’après la légende du terroir
Existe et apparait que lorsqu’il fait tout noir.
Et nous voilà partis sur les monstrueuses traces
De ce Dada à l’affût de nos palpitantes carapaces.
Le plus dur était de veiller sans échanger
Le moindre soupir qui nous mettrait en danger.
D’après notre monitrice paraît que c’est un bolide
Gros comme un bison bossu sans une ride,
Moitié ours, moitié lion avec longue crinière,
Avec une barbichette divisée d’un chinois en colère …
Des crocs de vampire sur une tête de bouledogue
Qui vous envoie direct à la morgue …
Des oreilles d’un diable menaçant, peu folichon,
Venu de l’histoire des trois petits cochons.
Tous les quatre, après une marche à tâtons,
Des heures de planque, prêts à donner du bâton,
Nous sommes revenus bredouilles de cette chasse
D’un Dada passionné bon à dérider les limaces.
Et sans l’avoir vu, tous les quatre en exercice,
Nous avons fait son portrait en riant comme des saucisses.
Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune,
Toutes ces planètes, sous l’œil amusé de la lune,
Ont rempli de soleils ce beau souvenir à distance
Que je partage en dépit de votre manque d’élégance
Qui a laissé nos lanternes dans des lacunes planétaires
D’adultes boudant nos révisions de succès scolaires.
T’en fais pas MOUSSE, nous avons les corrigés …
Laissons à cette smala les sagas de nos devoirs infligés.
À la prochaine devinette  ! On vous en veut pas ! 
En attendant les amis, gros bisous ! Hue dada ! …

PS. Vous pouvez dessiner ou publier la photo de ce patibulaire
et mystérieux Dada … nous vous montrerons le notre une autre fois !»

 

29 Juillet 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine

Photo : Daniel Bailey

 

Cahier de vacances

66382738_2164560113836271_5346615941373362176_o

Sous le soleil e – xac – te – ment …☀️

Les amis ! aidez moi à classer de la plus proche à la plus éloignée, 
les planètes du système solaire en fonction de leur distance par rapport au soleil 
grâce à cette phrase :

Maîtrisez vos tablettes, MOUSSE jongle sur un nénuphar !

Comme vous le voyez je suis en vacances mais mon passeport à moi
ce sont les devoirs de vacances et ces tiques, à part me pomper,
ne m’aident pas du tout ! 

Merci les amis à très vite pour un prochain devoir …
JULIO le lionceau

27 Juillet 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Tony Crocetta sur Facebook

Bide et bulle

66005207_341092100150126_7127555496805924864_n

“ Sur le sable abandonné …”
«C’est la chanson que BB fredonnait ! …
Hello les amis ! Vous m’avez cru mort ?
Je veille au grain mes trésors !
Après cette partie de cache-cache
Nerveusement éprouvé, je fais relâche !
Face à l’encerclement de ces Risettes en furie
Comment ai-je échappé à leur démoniaque tuerie ?
Faible était l’espoir d’une aide de PISTROUILLE …
D’ailleurs où pouvait bien être cet andouille ?
De ma mise à mort dans cet osseux cercueil
J’ai vu ma dernière heure arriver d’un mauvais œil.
Les Risettes prises d’une hystérie galopante
Se rapprochaient en convoitant ma tente.
Prêt à me défendre jusqu’à épuisement
Je glissais une patte sous ce bancal paravent
Secoué par mes mouvements de défensive précaire,
Furieux de m’être mis dans cette galère.
Soudain les Risettes se firent plus silencieuses
À part quelques acharnées dévoreuses ambitieuses.
Surpris de ce changement de comportement,
J’aperçois, Ô miracle, les amies de maman !
Parties à la chasse pas très loin de mon toit,
Elles étaient en train de rogner leur proie
Quand elles furent intriguées par le manège
De ces Risettes aux délirants sortilèges.
Quel soulagement mes amis quand je les vis apparaître
À travers les persiennes de cette funeste fenêtre !
Inutile de vous dire les sermons et engueulades
Que je reçus pour mon irréfléchie escapade.
Cerise sur le gâteau, sans me faire prier,
Sentant encore l’odeur de la viande avariée,
J’ai mordu à belles dents la viande fraîche
De leur chasse en observant ces sournoises pimbêches
Se disputer mon sarcophage laissé en héritage
Vide de mon corps, plein de mon courage.
Et c’est ainsi qu’abandonné à mon heureux sort,
Après avoir aperçu et vécu les prémices de la mort,
Le bide plein à craquer frôlant l’indigestion
Je coince la bulle, fier, en victorieux champion.

7 Juillet 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
photo : Kings camp private reserve

 

 

 

Une partie de cache-cache

65756522_337151897210813_1009604652167069696_o

Après leur descente de la poutre de bois, JULIO,
Accompagné de PISTROUILLE avec brio
Décide d’aller taquiner les gazelles.
Alléché par le divertissement de cette idée nouvelle,
Dans les herbes blondes fleuries il avance
À pas furtifs, caressé, frôlé par leur mouvance.
Bien que ce soit l’heure de la sieste sacrée,
Il n’a pas envie de se faire massacrer
Par les buffles éparpillés dont les cornes
Dessinent, en suspension, des chapeaux bicornes.
PISTROUILLE, indécrottable, lui colle au train
Toujours prêt à prévoir un arrêt soudain
Ce qui le met en état d’alerte en permanence
S’interrogeant sur son copain et ses extravagances.
Ce JULIO épris de liberté, à l’esprit aventurier,
Faut-il compter sur l’expérience d’un tel allié ?
Vite lassé de cette infatigable gazelle et ses suées,
Toujours le ciboulot en vogue sur les nuées,
Une partie de cache-cache émoustille JULIO subitement.
Ni une ni deux, PISTROUILLE se retrouve comptant,
Assiégé de plusieurs bâillements, inquiet, stressé,
À l’idée de se retrouver seul parmi tous ces fracassés,
Véritables dangers qui semblent sommeiller paisiblement
Et vous tombent dessus sans le moindre avertissement.
Ce diable de JULIO capable du pire et du meilleur
Pour tester les compétences, la hardisse du joueur,
Déniche, rien de mieux que cette inouïe cachette insolite
Une carcasse d’un rhino désossé à la va vite !
Quelques lambeaux de viande séchée laissés par les proies
Lui offrent en plus un goûter de dernier choix.
Ainsi planqué dans ce squelettique thorax à claire-voie
D’un air malin, il sourit et déjà entrevoit
La difficulté que le pauvre PISTROUILLE, peu génial,
Va avoir pour le retrouver dans ce confessionnal .
Mais ce que n’avait pas prévu JULIO, grisé par le jeu,
Tellement imbu de la supériorité de ses enjeux,
Comme le dicton « Tel est pris qui croyait prendre »
Il va se retrouver dans le brasier de ses cendres.
Des hyènes attirées par le bourdonnement excentrique
De mouches virevoltant autour d’une carcasse idyllique
S’approchent, entourent cette carcasse farcie au lionceau …

 

2 Juillet 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine

Photo : sigmaphoto 

Une bien mauvaise posture

65292595_337146747211328_7927736770525921280_o

Pendant que MOUSSE pousse sa gueulante
JULIO, décoré d’une coulée de fiente,
Après la barre fixe sur la grosse poutre
Rampe plus que ne marche, telle une loutre,
En compagnie de PISTROUILLE, l’as de l’embrouille.
Il tente de le retenir tout en observant ses couilles,
Histoire d’apercevoir cette inconnue testostérone 
Qui lui fait défaut et préoccupe ses neurones.
PISTROUILLE pris d’un soudain vertige, terrorisé,
La tête dans le vide, stressé, subit la risée
De JULIO qui en profite de plus belle, moqueur,
Vexé d’avoir été décoré par un volatile tagueur.
PISTROUILLE, s’agrippe, n’en mène pas large.
«Quelle mauvaise idée d’avoir suivi ce barge !
Il m’a entraîné, poussé dans cet exercice périlleux
Sous prétexte que pour chasser on y voyait mieux !»
Furieux contre MOUSSE, pour ce naif bouc émissaire
JULIO, aux yeux de tous, devient un sauveur exemplaire 
Sur cette piste aux étoiles africaine très fréquentée
Par de nombreux sportifs, d’importantes célébrités.
Tout allait bien jusqu’à ce stick gélatineux
Qui provoqua des fous-rires et rajouta un nœud
À sa corde sensibilisée par la crise de croissance,
Sujet de remise en question des prises de conscience.
Mais pour l’instant devant la mauvaise posture
De son copain et de son postérieur en devanture,
Le retenant par la queue, sujet actuel de rébellion,
Il ne peut que constater qu’il s’agit bien d’un lion.
Travaillant sans filet, ils n’eurent que le choix
De ramper à reculons sur cette grosse poutre en bois.
PISTROUILLE se jura de se méfier de ce copain
Qui l’avait néanmoins aidé à sortir de ce pétrin.
Quant à JULIO il choisit un coin d’herbe ombragée
Pour méditer sur des reproches, selon lui, exagérées,
Venant d’une hystérique en train de soulager ses rancœurs
Auprès de son père attentif à ses malheurs …

29 Juin 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos : Bri Lions sur Facebook

 

 

 

 

La crise de croissance de MOUSSE

64742502_335424067383596_4799378730667474944_o

«Alors là ! … trop c’est trop ! …
J’en ai marre de ce frère macho !
Se faire traiter de caguette …
Qu’il s’occupe de sa quéquette !
C’est pas ma faute si ma croissance
Est effrénée depuis ma naissance !
Pour cela j’ai besoin de réconfort, de soutien,
Et non d’un monticule comme ange gardien !
Obligée de monter sur un mirador pour qu’on m’écoute !
Je suis une adolescente quoiqu’on en doute !
J’ai grandi, comme la termitière ci-dessous,
Alors que lui, votre insupportable chouchou,
En retard d’un regain de vitesse
Est obligé de se muscler chez . S.
Stressé, jaloux de ma puberté précoce
J’en ai assez des vexations de ce sale gosse.
Vous donnez toujours raison à cet attardé
Sous prétexte que moi, déjà bien bardée,
Je dois tout lui pardonner, bonnasse fillette,
À cause d’un manque de testostérone en ses coucougnettes !
Je vous casse les oreilles avec mon foin ?!!
Avouez que j’ai raison au lieu de sourire en coin !
Petits petons ou longs arpions d’hormones en rébellion ?
Désolée, mais sans la lionne … pas de lions …
Alors dites à votre progéniture qui m’escaguasse
Qu’il arrête, avec ses piquants venimeux de rascasse,
De me harceler ou il aura à faire à mon père !
S’il veut assister à ses changements de testicules adultères,
Il a intérêt à me foutre une paix royale !
Quoi mon humeur infernale ?!!
 Ça vous dérange ?… Désormais, terminé !
Fini d’être ce petit ange à minets !
Un peu douillette, un peu chocolat meunier.
Mère, mes propos vous ne pouvez nier ?!
Ni la chaleur, ni l’humidité n’auront de prise.
Déterminée vous me voyez sur ces paroles bien assise !
De votre « parle à mon cul ma tête est malade »
La mienne est gavée de son cèleri-rémoulade !
Qu’il se branle avec ses humeurs hormonales,
D’ailleurs où est-il ? Encore en balade ?
Il ne perd rien pour attendre je vais de ce pas
Aller tout raconter à mon cher papa … »

 

27 Juin 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Bri Lions sur Facebook

 

 

12345

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus