Une partie de cache-cache

65756522_337151897210813_1009604652167069696_o

Après leur descente de la poutre de bois, JULIO,
Accompagné de PISTROUILLE avec brio
Décide d’aller taquiner les gazelles.
Alléché par le divertissement de cette idée nouvelle,
Dans les herbes blondes fleuries il avance
À pas furtifs, caressé, frôlé par leur mouvance.
Bien que ce soit l’heure de la sieste sacrée,
Il n’a pas envie de se faire massacrer
Par les buffles éparpillés dont les cornes
Dessinent, en suspension, des chapeaux bicornes.
PISTROUILLE, indécrottable, lui colle au train
Toujours prêt à prévoir un arrêt soudain
Ce qui le met en état d’alerte en permanence
S’interrogeant sur son copain et ses extravagances.
Ce JULIO épris de liberté, à l’esprit aventurier,
Faut-il compter sur l’expérience d’un tel allié ?
Vite lassé de cette infatigable gazelle et ses suées,
Toujours le ciboulot en vogue sur les nuées,
Une partie de cache-cache émoustille JULIO subitement.
Ni une ni deux, PISTROUILLE se retrouve comptant,
Assiégé de plusieurs bâillements, inquiet, stressé,
À l’idée de se retrouver seul parmi tous ces fracassés,
Véritables dangers qui semblent sommeiller paisiblement
Et vous tombent dessus sans le moindre avertissement.
Ce diable de JULIO capable du pire et du meilleur
Pour tester les compétences, la hardisse du joueur,
Déniche, rien de mieux que cette inouïe cachette insolite
Une carcasse d’un rhino désossé à la va vite !
Quelques lambeaux de viande séchée laissés par les proies
Lui offrent en plus un goûter de dernier choix.
Ainsi planqué dans ce squelettique thorax à claire-voie
D’un air malin, il sourit et déjà entrevoit
La difficulté que le pauvre PISTROUILLE, peu génial,
Va avoir pour le retrouver dans ce confessionnal .
Mais ce que n’avait pas prévu JULIO, grisé par le jeu,
Tellement imbu de la supériorité de ses enjeux,
Comme le dicton « Tel est pris qui croyait prendre »
Il va se retrouver dans le brasier de ses cendres.
Des hyènes attirées par le bourdonnement excentrique
De mouches virevoltant autour d’une carcasse idyllique
S’approchent, entourent cette carcasse farcie au lionceau …

 

2 Juillet 2019 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine

Photo : sigmaphoto 

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus