Paresse d’un moment

paresse

Paresse d’un moment.
L’été est si brûlant 
Sans la caresse du vent
Et les fols cerfs-volants.

Humeur passagère …
Voguent, voguent galères,
Esclaves du temps
Rament mes printemps.

Instant de solitude …
Rappel de l’âme.
Dans sa plénitude
Se morfond ma flamme.

Des chats routiniers
À ma routine quémandent
Ce geste familier
D’une collation gourmande.

Moment de paresse
Où tout et rien ne pressent …

 

5 Juin 2022 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Pixabay

 

 

 

Publié dans : Littérature et Poésie | le 25 juin, 2022 |Pas de Commentaires »

Bécasse des bois

bécasse

Bécasse des bois
Encore une fois
Promenons-nous
Malgré les loups.
Du loup s’inquiète
Notre chansonnette.

Bécasse, bécasse,
Au bois tu traces
Tandis que le loup
D’un rendez-vous
Voulait engloutir
Un profond souvenir.

Du bois, ma bécasse,
De feu et de glace
La vie cocace
Pousse à l’audace
Ce désir tentateur
Fredonné par la peur.

Ce loup vorace
A chassé, tenace,
Chance ou résilience,
Ce bois de mon enfance
Retrouvé avec toi
Bécasse des bois.

27 Mai 2022 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Extraordinaire Nature

 

Publié dans : Littérature et Poésie, oiseaux | le 24 juin, 2022 |Pas de Commentaires »

Postiche ou moustaches ?

postiche

«Me prendre pour un cochon barbu ! 
Chers amis, quelle bévue, quelle bévue !
C’est tout ce que j’ai trouvé jusque là 
Comme perruque à mon habit de falbala.
J’hésite entre un postiche et des moustaches
Pour la fête de fin d’année des potaches.
Peut-être que cette moumoute sur mon crâne
M’évitera de chatouilleuses moqueries d’ânes …
Quand viendra l’heure du goûter, ce panache pileux
Gènera mon appétit devenu plus frileux.
Puis ainsi donner des bisous à mes soupirantes
Les feraient fuir face à ma gueule impressionnante.
Tricher n’est pas jouer dit-on chez vous …
Ce n’est qu’un déguisement obligé pour ce rendez-vous.
Entre QUEEN et CARAMBA et l’aide d’une courte paille,
Je pourrai tirer au sort l’élue de mes fiançailles.
Une crinière noire … y perdrai-je au change ?
Tant de favorites m’imaginent comme un ange …
Pas facile de confectionner une auréole …
Mais un cochon barbu ferait fuir mes pots de colle …»

5 Juin 2022 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos : Lise Perreault sur Facebook
 

 

Nidongar le ragondin

Nidongar

Nidongar le ragondin
Ni dragon, ni grondin,
Pris d’une soif soudaine
Profite d’une paix souveraine
Des merveilles de la Création
En ce lieu favori de ses passions.
Sa langue en feu d’une anecdote,
En ce matin de la Pentecôte,
Vient noyer par des clapotis
La terrible vision de sa chair rôtie.
Ses moustaches blanches de peur
S’accrochent à ce courageux baigneur.
Rien de tel qu’un bon bain matinal
Pour contrarier ce vilain sort cérébral.
Yeux mi-clos, sur le qui vive,
Il déguste une plante à la dérive
Arrosée de ce rafraichissant nectar
Offert par la Nature à ce beau Nidongar.

 

5 Juin 2022 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
photo : Dominique Gressien

 

 

 

Sans ascenseur !

ptilope

Cette Ptilope de Merrill à l’œil vigilent,
Aux philippines sait tout de son contingent.
Concierge d’immenses habitats forestiers,
Imposante, perchée sur son marchepied,
Elle vaque sans relâche à des potins
Qu’ils soient amicaux ou plaisantins.
Tailler une bavette ne la décourage,
Elle pâlit sans le moindre petit commérage.
Son jabot d’un duvet couleur caca d’oie
Atteste de son zèle, de sa bonne foi.
Sans vergogne, d’un dimorphisme sexuel
Son bec fin et court se cire de l’actuel,
Favorise la prolifération de ses nichées
Pour de volages ragots qui l’ont entichée.
Sa tête agitée de scènes de ménage,
De jeux de mots, d’insultes et d’outrages,
Ont fait d’elle une redoutable Ptilope de Mérrill
En dépit des menaces de passer sur le grill.
Comme quoi commérer a du bon parfois …
Cela permet d’éviter de brûler d’un coup de froid.

26 Mai 2022 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Extraordinaire Nature
Publié dans : Littérature et Poésie, oiseaux | le 6 juin, 2022 |Pas de Commentaires »

Douceur de vivre

vivre

Quand les nuages
Habillent les arbres morts,
Baringo d’un paysage
Change de décor.
De remous troublants
S’agitent les eaux.
Soyeux coton blanc
Pour les nids d’oiseaux.  
Douceur de vivre
D’un jour qui se meurt
Sur un miroir ivre
D’une rousse ardeur.
Paisible et serein
Ce lac souverain
Dorlote ainsi les lendemains
Des nostalgiques citadins.

30 Mai 2022 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
photo : Michèle Boiron Albert Kithinji

       

 

Publié dans : Littérature et Poésie, MPS | le 3 juin, 2022 |Pas de Commentaires »

Il a suffi …

il a suffi

Un ténébreux lever du soleil
N’incite pas à sortir du sommeil
La grue couronnée du premier étage
D’un perchoir difficile à l’abordage.
Arc-voutée, sa voisine du dessus, 
Dans la pénombre semblerait bossue,
Si ce n’est que perchée sur son piédestal
Elle pique du bec ce rêveur sentimental
Plongé dans un sommeil lourd,
Sourd à son besoin pressant d’amour.
Ainsi en ce lever d’ombres chinoises,
Au soleil inexistant pour cette bourgeoise,
L’ombre et la lumière inclinent
À imaginer ce que ces deux figurines,
Sur un scénario sans dialogue,
Peuvent, en ce lever de soleil en vogue,
Inspirer au chanceux ou hasardeux passant
Une vision d’outre-tombe de Maupassant.
Il a suffi d’un soleil obscur, capricieux,
De rimes vagabondes jaillies des yeux,
De deux grues couronnées perchées, marginales,
De l’Ascension et d’une âme matinale …

 

25 Mai 2022 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photos : Lise Perreault sur Facebook

Rêve d’eaux

goussault1

Après une nuit de repos, l’étang
Éprouve le besoin d’un nouvel élan.
C’est dans ce décor d’un théatre de verdure
Que ses eaux s’agitent, vont à l’aventure,
Franchissent les obstacles avec rage
Pour finir leur course dans un bel ermitage
Gardé par un élégant cygne solitaire,
Gardien d’un lieu d’ombres et de lumière.
Ses rives en zigzags, d’herbe florissante,
Ont pour seuls visiteurs et passantes
Les racines d’arbres fantasmagoriques
 Abreuvées de passions idylliques.
En ce mois de mai cachotier, ombrageux,
 La biche a fui ce sous-bois soupçonneux.
L’étang assombri, de beaux contours,
Se voit prisonnier d’une fin de parcours.
Il maudit son vilain penchant pour l’aventure,
Sa soif inassouvie d’irriguer Dame nature.
Ce calme plat soudain angoisse ses fonds.
À la beauté l’échange avec un typhon
Bouscule, effraie ce paisible paysage.
De ce désir pluvieux en attente d’orage,
L’étang apprécie ce poétique marivaudage
Orchestré par ce blanc navigateur sans âge. 
C’est ainsi que ce rêve d’eaux a vu le jour
Tout en creusant une voie de secours.
L’ennui de l’existence, la peur du vide,
Poussent les courants aux eaux intrépides
Hors de ce coin irréel, théâtral, sublime,
Ancré, désormais au rêve d’eaux de ces rimes.

goussault

14 Mai 2022 – Jeannine Castel
Les poèmes de Chatnine
Photos : Eric Goussault
Publié dans : étangs, Littérature et Poésie | le 30 mai, 2022 |Pas de Commentaires »

Palsambleu !

brève

Un brève bleu venant de Thaïlande
Sur sa sous-espèce se demande
Si le Cyanéa est plus bleu
Que l’Aurantiaca brève bleu.
Bleu comme un Willoughbyi des montagnes
Il espère réchauffer une compagne
Glacée par les neiges éternelles
De l’Himalaya si froide, si rebelle.
La lune, cette grande aventurière,
Que ce brève bleu indiffère,
Qu’il soit du Laos, de l’Inde, du Cambodge,
Laisse douter ce brève bleu sur sa loge.
Brève rêverie le temps d’un passereau,
La Lune laisse poireauter cet indécis oiseau
Plus sédentaire qu’elle. La nuit achève
L’attente du brève bleu et son rêve.
Il s’enfuit vers d’autres nuits bleues,
Au fil des saisons et de ciel bleu.
Après de brèves attentes nocturnes
Caché dans le sous-bois, il revient, taciturne,
D’un continent indien, seul, sans succès.
Réservé, ce brève bleu n’aime pas les excès.

 

19 Mai 2022 – Jeannine Castel

Les poèmes de Chatnine
Photo : Extraordinaire Nature

 

 

 

 

 

 

Publié dans : Littérature et Poésie, oiseaux | le 26 mai, 2022 |Pas de Commentaires »

JULIO, un redoutable prétendant

briju

«Alors mon JULIO, t’as pas la pêche ?»
«Bof … c’est à cause de QUEEN, cette pimbêche !»
«QUEEN ? Une nouvelle copine ? Depuis quand ?«
«Depuis … depuis … depuis le printemps …»
«Et tous tes copains ? FIASKO … et la ribambelle ?»
«Depuis les fortes pluies … plus de nouvelles !»
«J’espère qu’ils vont bien ces petits trésors …»
«Je sais pas … peut-être qu’ils sont morts …»
«JULIO, c’est quoi qui te tracasse ?»
«Grand-mère, c’est la faute de cette bécasse.»
«Une bécasse ? Par ici ? Se serait-elle égarée ?»
«T’as rien pigé ! C’est QUEEN, cette tarée !
Elle m’a posé un lapin cette givrée »
«Et bien, d’une infidèle te voilà délivré !
Une de perdue dix de retrouvées !»
«Déjà pour une pas facile… comment la trouver ?»
«Elle est peut-être tombée dans une embuscade ?»
«QUEEN ? Qui voudrait de cette tocade ?»
«Alors, que fais-tu là à l’attendre ? 
«Ouais, c’est ce que je voudrais bien comprendre …»
«Mieux vaut être seul que mal accompagné …»
«Ça y est ? Tu as inventorié toutes les toiles d’araignées ?»
«Tiens, c’est pas elle que j’aperçois là-bas ?»
«C’est pas QUEEN ! C’est KRAMBA !
«Ça c’est incroyable, KRAMBA ! Elle est venue !»
«Mais QUEEN ?» «Quoi QUEEN ? Cette fausse ingénue !
Je sentais bien qu’elle me ferait le coup du lapin !»
«Ce qui explique ton manque d’entrain du matin …»
«Du coup j’ai posé deux rencards en même temps …»
«Caramba ! JULIO tu es un redoutable prétendant !»

mamie

Les poèmes de Chatnine
photos : Bri Lions

 

20 Mai 2022 – Jeannine Castel

12345...249

Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus